Vous êtes dans : Accueil > L'essentiel de l'actu > Sécurité > SPV : la mission volontariat rend ses conclusions

SPV : la mission volontariat rend ses conclusions

le 29 mai 2018 par Didier Robino

Face à l’érosion des engagements dans les rangs des pompiers volontaires, un comité de réflexion a été réuni afin de formuler des propositions de relance…

Préserver le particularisme français

Les sapeurs-pompiers non-professionnels sont un élément vital de notre modèle de secours : à eux seuls, ils représentent en effet près de 80% des personnels ! Malheureusement, alors que le nombre des interventions est en constante augmentation, leurs effectifs décroissent régulièrement depuis 15 ans environ, occasionnant un phénomène de ciseaux très dommageable pour l’équilibre général du système.

Halte à l’hémorragie

Au-delà d’une crise des vocations, le document pointe la difficulté, pour les centres de secours, de conserver une part de leur contingent, le niveau des démissions pouvant parfois dépasser les 50 % au cours des 3 années qui suivent l’engagement...

Bien entendu, les causes probables sont analysées, au rang desquelles figurent plus particulièrement la pression opérationnelle sans précédent, découlant en partie de la mutation des actions quotidiennes (de plus en plus dévolues aux secours d’urgence aux personnes). La rationalisation du maillage des centres, qui a conduit à la fermeture de plusieurs milliers d’unités de proximité, est également pointée.

Une enquête exhaustive

Au final, plus d’une quarantaine de mesures ressortent de ces cinq mois d’investigation, composés d’auditions d’acteurs de terrain, de visite de casernes, le tout complété par un questionnaire en ligne qui a généré près de 24000 participations…

Comme on pouvait s’y attendre, l’étude n’entend pas reconsidérer un modèle de volontariat ayant fait ses preuves, mais plutôt de créer des conditions pour le redynamiser.

Opération séduction

Il s’agit par exemple de porter une attention particulière à la formation et aux missions des nouvelles recrues, qui seraient davantage tournées vers le secours à la personne, la spécialisation « incendie » intervenant au-delà des 3 ans d’exercice (hormis pour les départements traditionnellement plus exposés à ce risque)…

Les auteurs appellent également de leurs vœux un recrutement plus large, faisant notamment une place grandissante aux femmes, ils fondent aussi de grands espoirs sur le futur service national universel obligatoire, afin d’en faire un vecteur d’incorporation privilégié, en complément du service civique et des JSP.

Des compensations s’imposent

Nonobstant, et sans remettre en cause le caractère bénévole des vacations, il paraît illusoire d’améliorer l’attractivité de l’investissement en faveur d’une cause sans proposer quelques « marques de reconnaissance ». Une gratification se matérialisant sous forme de points retraites supplémentaires pour les longues durées de service, constitue à ce titre une des pistes avancées par les rapporteurs…

Ceux-ci recommandent en outre d’envoyer des signaux favorables en direction des employeurs, public ou privés, par l’intermédiaire d’allègement fiscaux ou de dotations particulières, sorte de dédommagement symbolique des pertes de productivité occasionnées.

Enfin, afin de pallier les conditions d’accueil insatisfaisantes de nombreux centres, singulièrement à l’adresse des personnels féminins, on notera la volonté de flécher davantage de crédits vers la réhabilitation ou la construction de locaux, via par exemple la DETR

Consultez le rapport .

Partager cette page