Vous êtes dans : Accueil > L'essentiel de l'actu > Nouvelles technologies > Réseau mobile : l’ARCEP joue la transparence

Réseau mobile : l’ARCEP joue la transparence

le 13 novembre 2017 par Didier Robino

L’usage du smartphone est désormais ancré dans notre quotidien, au point que certains territoires, mal desservis, ont le sentiment d’être laissés de côté…

Partant de ce constat, les pouvoirs publics ont chargé l’Observatoire de l’Autorité de régulation d’établir des cartes précises (de l’ordre de 50 mètres) de niveaux de service, accessibles à tout un chacun (1).

Chaque zone est évaluée et reçoit une note allant de « Pas de couverture » à « Très bonne couverture » (2). Bien entendu, ces critères sont modulés par opérateur, ce qui permet d’éclairer le choix du consommateur, en fonction par exemple de son lieu d’habitation.

Le « crowdsourcing » à la rescousse

Toutefois, sans préjuger des intentions louables qui ont conduit à sa création, l’outil n’atteint pas la perfection, puisque basé sur les déclarations des opérateurs. Or, malgré des campagnes de mesures menées par l’ ARCEP elle-même, il est illusoire de vérifier l’exactitude de chaque information.

C’est sans doute ce qui a conduit l’Autorité à privilégier une source réputée fiable : l’usager lui-même. D’où la création d’une plateforme dénommée « J’alerte l’Arcep  » permettant de remonter directement les dysfonctionnements en matière de téléphonie mobile, mais aussi fixe, voire de distribution postale, puisque l’Autorité est également compétente dans ce domaine.

Notons enfin l’existence d’une autre plateforme de signalement des problèmes de desserte, réservée aux élus locaux, baptisée « France mobile  », gérée quant à elle par l’Agence du Numérique…

Consultez l’outil cartographique « Mon réseau mobile  ».

A consulter également, cette question sénatoriale .

Connectez-vous sur «  J’alerte l’Arcep  ».

Connectez-vous sur «  France mobile  ».

A consulter également, nos articles «  Couverture mobile : de la friture sur la ligne  », «  Zones blanches : le gouvernement entend communiquer  » et «  En attendant la fibre, la 4G ?  ».

(1) Ce service existe aussi pour l’internet fixe : consultez notre article «  THD : quel débit pour ma commune ?  ».
(2) Outre le critère « Pas de couverture » (aucun service) et « Très bonne couverture  » (qui permet de téléphoner et d’échanger des SMS dans des conditions optimales), deux autres indicateurs ont été définis par l’ARCEP : « Bonne couverture  » lorsque le signal peut être altéré à l’intérieur des bâtiments et « Couverture limitée  » qui permet une utilisation uniquement à l’extérieur des bâtiments.

Partager cette page