Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Solidarité > Union Départementale des CCAS et CIAS : bilan positif de la première année

Union Départementale des CCAS et CIAS : bilan positif de la première année

le 2 avril 2010







Au cours de l'année passée, les centres communaux et intercommunaux d'action sociale landais ont été 65 à rejoindre la toute nouvelle union départementale, constituée en 2009. Une adhésion jugée satisfaisante par Isabelle Cailleton, la Présidente de l'Union, qui compte dans ses rangs 48 CCAS, 2 communautés de communes et 15 des 17 CIAS du département. « L'avantage d'intégrer une union nationale est d'avoir accès à tout un réseau d'information, d'actualités juridiques, de conseils, et de formations » explique-t-elle.


Particularités landaises

Dans les Landes, où le domaine social relève toujours pour l'essentiel du secteur public, l'action des CCAS et CIAS est capitale. « D'une manière générale, nous sommes un département où le service public est très présent dans l'aide à domicile. Il représente 50 % des prestations, contre 20 % au niveau national », précise Isabelle Cailleton. Les domaines de compétences de ces centres sont larges. Pour les personnes âgées, ils concernent l'aide à domicile, les maisons de retraite et les logements-foyers. Dans le secteur de la petite enfance, les CCAS et CIAS sont impliqués dans les crèches collectives, les crèches familiales, les relais d'assistantes maternelles et les centres de loisirs. Enfin, au niveau de l'insertion, ils sont chargés de l'instruction et de l'accompagnement des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA).

Si les communes sont tenues par la loi de mettre en place des CCAS, la création des CIAS repose sur la seule volonté des communautés de communes. En France, on compte uniquement deux autres départements ayant autant développé ces structures : la Dordogne et l'Orne.

Dans les Landes enfin, les CCAS et CIAS travaillent en étroite collaboration avec le Centre de Gestion (CDG) qui a créé un service pour professionnaliser et accompagner la formation de personnel. Le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) organise des formations et des qualifications des aides à domicile. Les agents sont également accompagnés par une psychologue, qui leur permet de travailler sur la relation avec la personne âgée.


Premier gros dossier : le RSA

création de l'Union s'est faite alors que les CCAS et CIAS se voyaient confier une nouvelle mission : l'instruction des dossiers du RSA. Dans les Landes, où 17 000 bénéficiaires étaient attendus, moins de 8500 avaient été enregistrés au 31 décembre 2009. Contrairement aux services sociaux du département, de la CAF et de la MSA, les CCAS et CIAS ont peu été sollicités pour instruire les dossiers. « Aujourd'hui, on a certes une compétence qui nous est donnée de par la loi, mais une difficulté à la mettre en place à plusieurs titres, parce qu'il s'agit d'investir un champ nouveau et faire face à des limites techniques » commente la Présidente.

Pour faire le point, l'Union organise les 6, 7 et 8 avril, des réunions d'informations*. Un autre dossier important y sera abordé : le plan départemental d'insertion, porté par le Département. « Il n'est pas suffisamment connu par les structures. Or, il est important quand quelqu'un vient voir la secrétaire de mairie, qu'elle sache vers quels services elle peut l'orienter ».

A l'automne prochain, une journée sur le thème de l'insertion sera également programmée.


Succès de la journée petite enfance

Une centaine de personnes a assisté le 12 février dernier à Dax à une journée consacrée à la petite enfance, organisée par l'Union avec le soutien de l'Association des Maires de France, la CAF et le Département. « On sent une aspiration forte des collectivités à mettre en place des services quand elles n'en ont pas ou à les développer. Elles ont aussi de grandes interrogations sur les services les mieux adaptés à leurs populations » développe la Présidente.

Cette journée s'est déroulée sur fond d'inquiétude (Voir notre article Accueil de la petite enfance : d'importants changements à venir). Outre la baisse des refinancements de la CAF (de 70 à 55%), l'inscription de la petite enfance au sein de la directive services, en l'ouvrant au secteur privé, risque de modifier la donne. Parallèlement, les qualifications des encadrants sont revues à la baisse et les taux d'encadrement augmentent. « Comment le secteur privé va-t-il réussir à rendre ce domaine rentable, sachant que malgré les aides de la CAF, les collectivités doivent ajouter 6000 euros par an par place d'accueil pour atteindre l'équilibre ? » s'interroge Isabelle Cailleton.

Une deuxième journée consacrée à la petite enfance devrait être organisée dans les prochains mois, par zone géographique.


Les projets

L'Union départementale attend avec impatience la convention à venir avec le CDG, le Département et la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie) pour voir renouvelées des opérations de formation, d'accompagnement, de structuration, et développer des actions comme l'analyse des besoins sociaux et l'aide d'écrivains publics pour assister les personnes âgées dans leurs démarches.

Un site internet sera également mis en place dans les prochains mois, avec une partie publique où seront présentées l'offre et l'action sociale, et une partie réservée, où les partenaires pourront partager leurs expériences.

* Réunions RSA

Le 6 avril à 17h à Saint-Geours-de-Maremne, Mairie, salle des mariages

Le 7 avril à 10h à Mont-de Marsan, salle Lamarque-Candau

Le 8 avril à 17h Morcenx, Centre Jean Jaurès, salle Scognamiglio

Partager cette page