Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Solidarité > La santé pour tous dans les Landes

La santé pour tous dans les Landes

le 25 novembre 2008







La pénurie de médecins guète le département… C'est justement pour réagir à cette situation, déjà préoccupante dans certains cantons, que le Conseil général des Landes a adopté en juin 2008, un schéma départemental d'analyse et de couverture des besoins de santé.

Le document dresse un état des lieux d'ensemble à partir duquel se déclinent deux axes d'intervention : la réalisation de maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) et le développement de l'attractivité de l'exercice de la médecine généraliste dans les Landes. Différents projets sont d'ores et déjà à l'étude, tandis que la première MSP a ouvert ses portes à Labrit.




Ici, un médecin généraliste sans remplaçant, là, pas de spécialiste à moins de cinquante kilomètres… L'offre de soins dans le département des Landes est disparate et, selon les cantons, très insuffisante. C'est ce qui ressort de l'étude menée entre septembre 2007 et avril 2008 par deux cabinets, à l'initiative du Conseil général des Landes, avec le concours financier de l'Etat, de l'Union landaise de la Mutualité française et du Conseil régional d'Aquitaine.

Dès 2005-2006, les premières alertes sont données. A l'époque, des projets locaux et isolés sont déjà engagés, à l'instar du Pays des Landes de Gascogne qui entame une réflexion dans le cadre de son projet de territoire et réalise un diagnostic santé. Le canton de sore se révèle en difficulté tandis que celui de Labrit, offre une situation moins tendue mais tout de même préoccupante.

L'étude menée à l'échelle du département des Landes a pour objectif d'offrir une vision plus globale des besoins de santé et s'inscrit dans une démarche prospective. Le document est restitué en avril 2008 au comité de pilotage spécialement composé d'une trentaine d'organismes (services de l'Etat, collectivités locales, structures de santé…). Cet état des lieux et les propositions d'actions qui l'accompagnent constituent la base du schéma départemental d'analyse et de couverture des besoins de santé adopté en juin par l'Assemblée départementale.



Ouverture d'une MSP à Labrit

Concrètement, il apparaît deux groupes de cantons en difficultés sur lesquels se focalisent les actions du Conseil général. Plusieurs cantons sont déjà sous-médicalisés (Hagetmau, Geaune, Pissos, Sore, Sabres, Roquefort), tandis qu'une dizaine d'autres nécessite des actions d'anticipation afin d'éviter les difficultés. Ainsi, il est décidé d'aider spécifiquement ces territoires en apportant un soutien financier à la réalisation de maisons de santé pluridisciplinaires.

La Communauté de communes du Pays d'Albret a donc saisi la balle au bond. Certes, la démarche est, à ce moment, déjà bien entamée. Dans la pratique, un centre médical existe depuis 15 ans mais les locaux sont devenus trop exigus. De plus, l'augmentation de la population nécessite à court terme la présence d'un médecin supplémentaire.

Aujourd'hui, la maison de santé pluridisciplinaire est partagée en deux sites. Un bâtiment construit au centre de Labrit (ancienne épicerie entièrement réhabilitée) accueille deux médecins (le troisième généraliste est attendu), un logement réservé aux remplaçants ou stagiaires et des salles de réunions et d'archives. L'ancien centre médical abrite un dentiste, un cabinet d'infirmières et une salle pour un futur kinésithérapeute.



L'attractivité du territoire

L'engagement des praticiens à améliorer la qualité de prise en charge des patients est formulé dans une charte. Le document précise l'organisation pratique de la MSP, les conditions de partage des informations pour une prise en charge coordonnée ainsi que le développement des échanges avec les acteurs locaux de santé, de la prévention et des services sociaux.

Dans le même temps, les médecins généralistes de la MSP de Labrit sont également maîtres de stage et peuvent accueillir les étudiants lors de leur formation pratique de 3ème cycle. L'objectif est d'offrir une première expérience réussie de la médecine dans le cadre d'un groupement de professionnels et surtout en milieu rural.

Dans le souci de rendre davantage le territoire landais attractif aux jeunes praticiens, le Conseil général s'est mis en relation avec la faculté de médecine de Bordeaux afin de sensibiliser les étudiants. Par ailleurs, des pistes de réflexion ont été lancées concernant un aménagement plus pertinent des temps de cours et de stages pratiques.

Les résultats de ces actions seront mesurables dans plusieurs mois. Mais déjà d'autres projets sont en cours d'instruction dans les Landes, comme celui porté par la Communauté de communes du Gabardan. La maison de santé pluridisciplinaire du Gabardan devrait en effet ouvrir ses portes fin 2009. Dans le canton de Sore, ce même type de dossier entre dans sa phase préparatoire…










Pour consulter le schéma départemental d'analyse et de couverture des besoins de santé dans les Landes (état des lieux, préconisations, synthèse), cliquez ici .




 







Quelques chiffres

(issus du Schéma départemental d'analyse et de couverture des besoins de santé)

 

- Il est estimé pertinent de pouvoir bénéficier d'un praticien à plein temps pour 1000 habitants.

- Le nombre moyen d'actes se situe entre 4 500 et 6 500 actes par an pour les médecins généralistes. Il est de 8 000 actes par an pour les infirmiers (il peut y avoir plusieurs actes dans une même visite).

- L'âge moyen des médecins généralistes dans les Landes est de 48,5 ans (les moins de 35 ans représentent 7,4% des médecins contre 26,2% pour les plus de 55 ans).

- L'exercice en groupe concerne 36,5% des omnipraticiens (la moyenne nationale est de 30,1%).

- L'âge moyen de l'installation des médecins est de 45 ans et 45% de ces installations se déroulent en milieu urbain (agglomérations de Dax et Mont-de-Marsan).

- 26 lieux de stages sont recensés dans les Landes.




Partager cette page