Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Solidarité > Eté 2004 : Les maisons de retraite au frais

Eté 2004 : Les maisons de retraite au frais

le 26 mai 2004






Le ministre de la santé et de la protection sociale, Philippe Douste-Blazy a présenté officiellement, le 5 mai dernier, son Plan canicule.


Il y précise, entre autre, la nécessité pour les établissements d'accueil des personnes âgées et des personnes handicapées de s'équiper d'une pièce rafraîchie avant la fin du mois de juin.


Dans le département, certains établissements étaient déjà équipés, tandis que d'autres ont engagé des travaux d'aménagement avec l'aide financière du Conseil général des Landes…

A la maison de retraite de Roquefort, les travaux sont pratiquement terminés. Encore quelques réglages et les cinq climatiseurs, répartis dans trois salles seront opérationnels. Même situation à Labastide d'Armagnac, où la salle de restaurant et le salon sont équipés. Chacun des deux établissements dispose par ailleurs de deux climatiseurs portatifs.


« On nous a recommandé ces installations, alors nous nous sommes exécutés, explique Jacques Berbessou, directeur des deux structures. Tout sera donc en fonction au début du mois de juin, comme le signifient les textes officiels ».


Outre la mise en place de ces pièces rafraîchies, le Plan canicule de Philippe Douste-Blazy prévoit notamment le recensement des personnes à risque par les municipalités. Quatre niveaux d'alerte ont également été créés ainsi qu'une commission nationale « Urgences-Eté 2004 » ayant pour objectif d'être en lien direct avec les directeurs d'Agences régionales de l'Hospitalisation et les directeurs de Ddass.


Chaque institution accueillant des personnes âgées peut, par ailleurs, mettre en place un
plan bleu ( - 261 Ko) afin de définir le rôle et les responsabilités de l'équipe de direction ainsi que les procédures qui prévalent en cas de crise. Un plan dont les modalités de fonctionnement peuvent varier d'un établissement à un autre.



« Il faut attendre… »


Côté financement, le plan prévoit que l'Etat, avec le concours de la Caisse nationale d'Assurance Vieillesse (CNAV), participe à hauteur de 40 % des dépenses engagées pour les installations (de





climatisation notamment).


Cette subvention est destinée aux établissements habilités à l'aide sociale ainsi qu'aux logements-foyers. Elle concerne tous les établissements qui se sont équipés ou s'équiperont entre le 1er septembre 2003 et le 31 juillet 2004.


Pour l'heure, dans les Landes, les crédits n'ont pas encore été débloqués. L'annonce ministérielle vient en effet tout juste d'être relayée par un courrier envoyé aux directeurs d'établissements (au début du mois de juin). Cette lettre précise en fait les modalités de financement du plan d'équipement des maisons de retraite et des logements-foyers.



15% de subvention


Le Conseil général des Landes a, pour sa part, créé un fond spécial de 500 000 € prévus au budget 2004. Il s'agit ainsi d'aider financièrement les établissements médico-sociaux, accueillant des personnes âgées et des personnes handicapées, afin de faire face aux aléas météorologiques.


Les structures (maisons de retraites, CCAS ou CIAS) dont le dossier est accepté peuvent en effet bénéficier d'une subvention de 15% par rapport au coût global des travaux. La maison de retraite de Roquefort a ainsi bénéficié d'une aide de 2 795 € de la part du Conseil général, pour un investissement total de 17 371 €.


Pour certains établissements landais, la création d'une pièce rafraîchie s'est directement intégrée dans des travaux d'extension ou de réhabilitation plus importants, comme à Labenne, Tartas, Saint-Martin-de-Seignanx, Tarnos, Saint-Vincent-de-Tyrosse et Gabarret.


C'est le cas également à Sabres, où Jean-Marc Tachon, le directeur de la maison de la retraite, a profité de la restructuration des locaux communs pour inclure l'installation de la climatisation dans le réfectoire, la salle d'animation et enfin la salle du personnel. Des travaux estimés à 16 000 €.


« La climatisation ne sera certainement pas achevée avant l'été », précise Jean-Marc Tachon, avant d'ajouter : « Mais pas d'inquiétude, il nous reste nos ventilateurs, brumisateurs et volets roulants si précieux et efficaces l'an dernier… »


Manque de personnel


Reste que certains établissements étaient déjà équipés de climatiseurs. C'est le cas du CIAS de Saint-Sever. Le matériel, placé dans la salle à manger, a néanmoins été remplacé. Deux nouveaux climatiseurs ont par ailleurs été installés dans deux autres pièces à vivre. Côté financement, Pierre Céran, le directeur de la structure, n'a sollicité qu'une seule aide : celle de l'Etat.


En tout, le CIAS compte ainsi une surface climatisée de 250m². Mais ce n'est pas la seule mesure prise pour faire face à une éventuelle canicule 2004. Le système d'isolation a été perfectionné, grâce notamment à des volets roulants électriques. Une fontaine réfrigérée a également été mise en place.


Au-delà des aides attribuées pour financer l'équipement des établissements en pièces rafraîchies, le Ministère de la Santé et de la Protection Sociale a prévu des crédits supplémentaires en vue d'assurer la présence d'un effectif de personnel soignant suffisant pour accompagner et prendre en charge les personnes âgées en cas de canicule.


Une enveloppe de crédits de remplacements, non reconductibles, d'un montant de 26 millions d'euros est donc disponible. Mais là, c'est un autre débat qui s'ouvre : celui du recrutement : « Il manque tout simplement de personnel soignant, précise Pierre Céran. C'est le cas dans les Landes, mais aussi ailleurs. Ce sont donc des crédits dont nous ne pourrons pas bénéficier comme nous aurions dû… »

Partager cette page