Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Solidarité > Aide sociale : l'APVF donne la parole aux Maires

Aide sociale : l'APVF donne la parole aux Maires

le 28 février 2012

Après l'Unccas ( 1 ), c'est au tour de l'APVF (Association des Petites Villes de France) de tirer la sonnette d'alarme à propos de l'aide sociale communale…

L'Association s'appuie sur une enquête, diligentée pas ses soins auprès de quelques deux cents élus issus de communes de 2 500 à 20 000 habitants. Au travers des réponses, on mesure bien l'impact de la crise sur ce secteur, ainsi, « près de huit maires de petites villes sur dix ont perçu une montée de la précarité […] au cours de ces derniers mois ». Raison de plus pour rester attaché à la persistance d'un CCAS au sein de la commune, ainsi, 83% des maires interrogés jugent son existence indispensable « pour garantir aux administrés un égal accès à leurs droits sociaux ».

Dès lors, on peut deviner que la proposition du sénateur Eric Doligé ( 2 ), visant à supprimer l'obligation pour les communes de disposer d'un CCAS, n'a pas vraiment fait recette. Entre temps, cette proposition semble d'ailleurs avoir pris du plomb dans l'aile, ayant même fait l'objet d'une motion de renvoi au Sénat ( 3 ).

Conséquence logique, 7 maires interrogés sur 10 se disent très inquiets pour le financement de ces actions sociales (58% estiment la situation « préoccupante » et 10% « extrêmement préoccupante »), pointant au passage l'affaiblissement du soutien financier de la CAF (Caisse d'Allocations Familiales), aggravée par la situation budgétaire critique dans certains Conseils Généraux.

Pour corriger cette situation, les sondés suggèrent quelques pistes, comme renforcer le poids du Département, de l'intercommunalité, et surtout redéfinir le rôle de l'Etat en matière d'action sociale…



Consultez l'étude de l'APVF

(1) Pour aller plus loin, consultez notre article « La précarité progresse, selon l'Unccas ».

(2) lire notre article « Les communes seront-elles dispensées de CCAS ? ».

(3) Consulter la motion de renvoi des sénateurs.

Partager cette page