Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Environnement - sécurité > Captages : il faut redresser la barre

Captages : il faut redresser la barre

le 22 septembre 2014

Selon un récent rapport interministériel, la situation française en matière de captages d'eau potable est loin d’être reluisante …

Fort heureusement, la qualité de l'eau distribuée ne s’en trouve pas pour l’heure altérée, mais c’est au prix de traitements lourds, alors qu’une politique de prévention efficace des pollutions en amont permettrait d’en diminuer l’ampleur et le coût d’approvisionnement.

Si l’on en croit les récentes enquêtes et auditions menées sur le sujet, le nombre de captages inexploitables ne cesse de croître. Ces 20 dernières années, près d’un quart d’entre-eux a été fermé ou est en passe de l’être, eût égard à la piètre qualité de l’eau prélevée…

Parmi les freins recensés, les auteurs pointent une législation et une gouvernance mal ficelées, plombées par une fiscalité inadaptée.

Fort de ces constats, les experts missionnés ont avancé une vingtaine de recommandations, structurées en 4 thèmes. Tous ont plus ou moins trait à une refondation de la politique de prévention des pollutions diffuses, avec en toile de fond, un renforcement des prérogatives du bloc communal, déjà en charge d’autres composantes de l'aménagement durable du territoire …

En clair, cela signifie que la communauté de communes deviendrait l’autorité compétente, avec possibilité de regroupement des collectivités par conventionnement, soumis à l’arbitrage du Préfet. Par ailleurs, le rapport suggère de prioriser la prévention par rapport au traitement curatif, cela passe par une meilleure information de l’usager à ce sujet, parfois par des aménagements fonciers, voire dans certains cas la préemption de périmètres...

Consultez le rapport .

Partager cette page