Vous êtes dans : Accueil > Archives > Archives Environnement - sécurité > 2004-2009 > De la «bonne qualité environnementale» à la HQE…

De la «bonne qualité environnementale» à la HQE…

le 8 juin 2006






La Haute qualité environnementale (HQE) semble avoir la cote… Depuis quelques années, les collectivités locales landaises commencent en effet à s'intéresser à cette démarche qui vise à instaurer une éthique environnementale dans la construction.

La commune de Léon, la Communauté de communes des Grands Lacs et le Parc naturel régional des Landes de Gascogne sont parmi les «pionniers» en matière de HQE dans le département. Chacun a adapté et appliqué, selon le contexte local, les caractéristiques de cette démarche. La certification, quand à elle, n'est pas encore à l'ordre du jour…

«La Haute qualité environnementale est une démarche citoyenne qui vise à lier la construction à la problématique du développement durable, explique Jacques Duhart, directeur du CAUE40. C'est une démarche volontaire dont nous parlons de manière systématique. En expliquant la HQE, on crée une dynamique pour plus de qualité». En 2002, le CAUE organisait, pour la première fois, une rencontre avec les élus landais sur cette notion alors largement méconnue. Aujourd'hui, cette nouvelle philosophie commence à faire des adeptes.

Adopter la HQE dans la construction, c'est appliquer une méthode reposant sur l'idée de cycle de vie du bâtiment. S'inscrire dans un projet de «haute qualité environnementale» signifie donc intégrer des objectifs écologiques applicables aux différentes étapes de la réalisation du projet : de la partie préparatoire, en passant par le chantier, sans oublier une éventuelle future déconstruction…

«L'élément incontournable de cette approche est l'étude préalable du programme, précise Jacques Duhart. Elle doit être la plus exhaustive possible dans l'appréhension des objectifs environnementaux, afin de pouvoir mieux les intégrer dans les exigences de qualité architecturale». Gestion de l'énergie, gestion des nuisances sonores, harmonie des bâtiments avec l'environnement… La réalisation en HQE se base donc sur des critères qualitatifs.


Panneaux solaires, bois, et plumes de canard…

L'Association HQE , créée en 1996, a ainsi mis en place un référentiel permettant de structurer la démarche. Celui-ci est constitué de
14 cibles (pdf - 243 Ko) divisées en quatre grandes familles : l'éco-construction, l'éco-gestion, le confort et la santé. Outre ce «langage commun», la démarche HQE se caractérise par une méthode de travail et de conduite du projet, appelée le management de projet.

Dans les Landes, la prise en compte de ces contraintes environnementales se concrétise peu à peu. La Communauté de communes des Grands Lacs inscrit ainsi ses nouveaux projets dans cette démarche, une manière de respecter une identité tout en retrouvant les principes élémentaires de la construction.

Les réalisations prochaines du siège de la Communauté de communes, de l'aire d'accueil des gens du voyage et d'une structure d'accueil pour les animaux errants relèvent en effet d'une démarche HQE, une inspiration qui sera celle adoptée pour la future zone d'activités. Objectif : utiliser des matériaux spécifiques (liège, isolant en plumes de canard et utilisation de panneaux solaires), et, autant que faire se peut, travailler avec des entreprises locales.


Quid de la « BQE » et de la certification


Le concept a également convaincu la commune de Léon, pour la réalisation de son complexe culturel et associatif : «Nous connaissions très mal cette notion de HQE, précise Marie Martinez, 1ère adjointe au Maire. Notre projet se situant au cœur du village, il a fallu envisager les questions de l'intégration dans le paysage, de l'acoustique, de son fonctionnement. C'est ainsi que la HQE est née à Léon !».

Autant de projets qualifiés, par Jacques Duhart, de «BQE», comprenez, «bonne qualité environnementale» : «La BQE applique la totalité de la démarche sans s'obliger à réaliser des études autres qu'une expertise du programme et du projet par un spécialiste de la qualité environnementale de la construction». Autrement dit, la HQE engage un système de mesure et d'évaluation des solutions techniques, ce qui n'est pas le cas de la «BQE».

La notion d'évaluation, et donc de contrôle, renvoie à l'idée de certification. Mais pour l'heure, ni Léon, ni la Communauté de communes des Grands Lacs ne souhaitent s'engager dans cette voie là. Il faut dire que la certification «Démarche HQE» ne concerne aujourd'hui que certains bâtiments tertiaires (locaux d'enseignements et bureaux). Elle devrait néanmoins s'étendre rapidement à l'ensemble du secteur tertiaire (bâtiments culturels et sportifs, de santé…) ainsi qu'au logement.


Des coûts adaptés

Critère prioritaire pour la Communauté de communes des Grands Lacs, la maîtrise des coûts est tout à fait compatible avec une démarche HQE : «Certes, les investissements initiaux peuvent représenter de 5 à 10% de surcoût, précise Jacques Duhart, mais celui-ci est amorti par les économies d'énergie, d'exploitation et de maintenance réalisées grâce à une technologie adaptée».

Par ailleurs, la réalisation d'une construction intégrant une démarche de qualité environnementale peut faire l'objet d'une aide financière de l'Agence de l'environnement (ADEME). La commune de Léon a ainsi déposé un dossier de subvention auprès de la délégation régionale de l'Ademe située à Bordeaux ( dans le cadre du programme régional aquitain de l'environnement).

Le HQE commence donc à faire son nid dans les Landes, portée par une dynamique locale. Le Conseil régional d'Aquitaine s'est en effet engagé à appliquer cette démarche à la construction et/ou la rénovation des lycées aquitains. C'est d'ailleurs chose faîte pour les lycées Frédéric Estève à Mont-de-Marsan et Borda à Dax…

 

La démarche HQE

La notion de Haute qualité environnementale a commencé à voir le jour en 1992, lors de la conférence de Rio de Janeiro, au cours de laquelle est lancée l'idée de développement durable.

La démarche HQE est esquissée en 1993 par le plan construction et architecture (PCA) qui lance à cette époque les appels à projets pour des réalisations expérimentales.

C'est en 1996, lors de la conférence d'Istanbul, que le concept HQE est véritablement né en tant qu'application du développement durable au secteur de la construction. Depuis 1997, son élaboration a été assurée par les membres de l'Association HQE.

Source : CAUE

 





Consultez l'article consacré à la
Démarche Haute Qualité Environnementale au Lycée Estève - Sud ouest 19 avril 2006 (pdf - 30 Ko)

Partager cette page